Melike est une étoile montante de la chanson turque qui est née et habite à Gand, en Belgique. Ses goûts musicaux vont bien au-delà de la musique traditionnelle de son pays pour embrasser des sonorités originales d’Amérique latine ou d’Europe, même si elle a grandi avec la musique que ses parents avaient apporté dans leurs valises. Elle a étudié les techniques orientales et occidentales de chant, et a fondé un groupe avec son mari irakien Osama Abdulrasol. Il est derrière les fabuleux arrangements du premier album de Melike, « Macar ». Le groupe comprend un percussioniste marocain, un joueur de saz turc ainsi que des artistes flamands dans un échange équilibré et stimulant.

Radio France International

Arts. Telegraph

Thanks to forced secularisation in the 1920s and relatively early industrialisation, Turkey has a well-established “folk” tradition in the Western sense, in which privileged urbanites look to rural sounds as a source of inspiration and “authenticity”. Real traditional music, meanwhile, thrives in peasant and nomad communities.

Epitomising the former tendency, cool-voiced chanteuse Melike Tarhan draws the sounds of the ashik – Anatolia’s traditional bards – into a web of sophisticated international influences, creating a parable on the current Iraq war which makes for surprisingly soothing, meditative listening.

The ashiks’ rounded, open and surprisingly European-sounding tones fit easily with Tarhan’s breathily confiding ambient-folk manner. Her Iraqi arranger-husband Osama Abdulrasol blends the metallic jangle of the saz lute and traditional fiddle with Western strings, touches of flamenco and Brazilian rhythm in a series of vignettes telling the story of a peasant boy enlisting in the First World War. The effect is evocative rather than didactic, and an arrangement of WB Yeats’s Sally Gardens is by no means the most surprising element in this unusual andausterely beautiful album. MH

De Standaard

door ADB

Bij het Franse label Long Distance hebben ze een neus voor aparte kwaliteit en af en toe ontdekken ze dat ook in ons land. Melike Tarhan is een Turkse zangeres uit het Gentse, die een eigen visie heeft op de muzikale traditie van haar voorouders, maar ook belangstelling heeft voor rootsmuziek uit andere regio’s, zoals Europa of Brazilië. Veel wordt al duidelijk in ,,Macar”, het openingsnummer van haar debuut-cd. Macar is de naam van een jongen die naar de oorlog moet. Je krijgt achtereenvolgens hemzelf, zijn moeder en zijn geliefde te horen. Het is een beschouwing over leven en dood, emotioneel gebracht. Niet alleen de haast fluisterende en imponerende stem van Melike imponeert, maar ook de arrangementen van Pirly Zurstrassen en Osama Abdulrasol. Verder maakt de plaat indruk met uitstekend gedoseerde strijkers, prachtige aanvullende vocalen, solide gitaar- en contrabaswerk, een heerlijk grommende blasklarinet, oriëntaalse kemanche (vedel), ney (fluit), baglama (langhalsluit) en percussie. Het is bij momenten adembenemend mooi. De vertelling eindigt bij de vaststelling dat Macars vrienden weer thuiskomen, Macar zelf niet. Het album vertelt een treurig verhaal, maar de muziek is zo sensitief dat je er een gelukzalig gevoel bij krijgt.

Psyche van het Volk (Radio Centraal)

Original link

This is a very special kind of folkopera with certain grandeur, musically led by Iraqui born acoustic guitar (studied in UK) and kanun player (studied in Iraq), and composer Osama Abdulrasol. It is one of the projects by Osama, because he also has his own ensemble and played with many more Belgian folk groups and singers (Olla vogalla, Wannes Vande Velde, Luc de Vos, Oblomow, Djamel,..), as well as with the Brussels based groups Nahdha (Arabic Renaissances music), Les Mesopotamian (Iraqi classical music), as a duo with Lula Pena (Portuguese fado singer), with the Ghent based fusion band Elftwelv trio (jazz music with Arabic music) Jahede Wehbe (Lebanon, Arabic classical music) and with the theatre company Woestijn 93.
Lead singer is Melike Tarhan. She grew up while listening to Turkish classical music, and later Turkish folk music. She has a university degree in German languages. She also studied Indian and classical singing techniques. Further on she worked as a lead singer with Belgium based world fusion groups bigband Olla Vogala, TriOttoman, Tri a Tolia, Ushak trio & Hüzam trio. She also sings Arabic songs with IndiAra, an Indian-Arabic music- and dance project and songs in the Old Portuguese language with Pandora² (A project based upon the performance of the popular Cantigas de Santa Maria), besides a few other projects.
Other participators are from Belgian (Wouter Vandenabeele, project leader from Olla Vogala, and Stefaan Smagghe: violin and Lode Vercampt : cello) Dutch (Henk De Laet : double bass & backing vocals), Turkish (Bekir Gürbüz : baglama, cura, backing vocals) and Moroccan (Azdine Jazzouli : percussion) origin.

The story is about a boy who dies at war during the Canakkale War in 1917, leaving his mother with pain. The story ends with a cry of why wars still occur as means to rule over life. The story works on a different level as an association with what happens in Iraq. Most texts are traditionals, but there is also adapted a part of the lyrics from “Down by the Sally Gardens” by Yeats. It is the only English part, on a track sung in a Turkish flavoured song style.

The style is a mixture of Turkish folk singing with European classical chamber music mixed with an “Arab” flavour. There’s a calm melancholy and always present beauty, developing in a rather silent way with a certain dignity of a keeping things at a safe distance with full perspective. The orchestra (Wouter for instance I remember well as a remarkable independent-folk violinist) succeeds well in bringing a fresh approach tof arrangements based upon certain melodic traditions without going outside a calm temper, as if all is presented as a kind of funeral tribute, losing the idea to celebrate and dance, with dignity and respect for life. “Bülbülüm Altin Kafeste” has surprisingly a Latin flavour mixed in it (acoustic guitars, rhythm) without losing its convincing original core. Only “Icimde Bir Kösede” is arranged more simply, led by voice and guitar mostly, making a more personalized moment of contemplation. Very nice is to hear a nez improvisation that introduces the concluding track, a song which represents the concluding cry, which, like flamenco builds up some tensions, but still finds a certain inner peace, because its voice will be heard at least by some. A very succesful release.

by Srajan Ebaen

On a level accessible only to Turkish speakers, Macar is a story of war, of a young soldier who doesn’t return and leaves mother and lover in anguish. It’s a story told in flashbacks and flash-forwards. But on a purely musical level, Macar is a ravishing immersion into a stylistic hybrid, of troubadorial
by Srajan Ebaen

songs embedded in the timbres of string quartet mixed with qanun, oud, guitar, baglama, background vocals and Middle-Eastern hand percussion. As a concertized soundtrack of sorts, each track is merely a chapter in the story and clear-cut structural distinctions dissolve. There’s interludes even within a movement, short instrumental taqsim improvisations by divan baglama or violin nestled into melodic group refrains, with the vocalist picking up unhurriedly thereafter.

As chamber music in a strongly folkloristic style, Macar paints an aural picture of Turkey just as Fahir Atakoglu achieved on the large symphonic scale with First of All [Koch 333362]. While the lyrics tell the story, the vocals here are simply another instrument. This recalls Johannes Brahms’ use of his strings in the famous Clarinet Quintet. They aren’t mere accompaniment for the ostensible wind soloist but full equals. Macar’s instrumentalists — including the phenomenal violinist Nedim Nalbantoglu in guest appearances — all are soloists on the same footing as the plaintive female vocalist.

Macar thus isn’t a booklet of individual songs but a quasi-symphonic programmatic tone poem with voice. It makes it all the more evocative, a very colorful soundtrack to an imaginary film with constantly shifting moods as the listener wanders his memory palace and obtains glimpses of wildly varying scenery and emotional messages. This is fully immersive music that needs to be listened to beginning to end to fully draw us into its world. As we expect from Harmonia Mundi, audiophile concerns are fully realized and the musicianship of each participant is of a very high caliber. Entering Macarisn’t simply about entertainment or fetching vocals. It’s a highly emotional journey from sunlight into darkness and back again. From the listener, it requires attentiveness and a willingness to travel uncharted terrain but nothing more – the musical language here is so powerful as to do the rest all by itself.

La Libre Belgique

Melike Tarhan, un chant à plusieurs voix

Françoise Raes


Avec un premier album qui croise la tradition des chansons de troubadours d’Anatolie avec les influences des musiques arabes et européennes, la chanteuse gantoise Melike Tarhan offre un voyage musical subtil tissé par les fils de l’exil et du métissage.


La musique raconte des histoires dans une langue connue de tous, il suffit d’écouter. L’histoire de «Macar» est de celles que l’on raconte depuis la nuit des temps: un jeune homme quitte son village. Il part à la guerre et ne revient pas. Sa mère pleure sans savoir s’il est encore en vie. Sa fiancée se marie à un autre dans l’impatience de la jeunesse. «Macar», c’est un conte de trouvères que l’on raconte en Turquie depuis la guerre de Canakkale, qui transforma, en 1915, la péninsule de Gallipoli en tombeaux pour 500000 âmes. Melike Tarhan chante une histoire qui ne cesse de se répéter sur les écrans de télévision. Mais en y mêlant toutes les musiques qui fondent son univers, c’est une nouvelle chronique de guerre, actuelle et bouleversante, qu’elle a écrite avec son mari, Osama Abdulrasol, compositeur et musicien irakien. L’album «Macar» croise sans les dénaturer les traditions musicales turques, européennes et arabes, les mots de Yeats et les vieilles chansons d’Emirdag grâce à des musiciens nourris de jazz et de folk, venus de Belgique, du Maroc, des Pays-Bas et de Turquie.

«Je voulais réaliser un album-concept mais en lui donnant un sens. J’ai travaillé pendant deux ans avec mon mari Osama, qui est compositeur et guitariste. Notre maison est une ancienne boulangerie et nous avons installé notre studio à la place du four. Nous voulions produire ce premier album de bout en bout, même si cela signifiait certaines imperfections. Nous avons travaillé avec d’anciennes chansons du répertoire folklorique turc – en particulier sur la tradition musicale de la région d’Emirdag, d’où mon père est originaire – ainsi qu’avec des compositions d’Osama», explique la chanteuse. «Au début, nous n’avions pas de fil qui unifie l’album et lui donne un sens.»

L’actualité va s’en charger. «Quand l’invasion de l’Irak a commencé, la guerre était à tout moment dans nos têtes», se souvient Melike Tarhan. «Mon mari est Irakien et une grande partie de sa famille vit toujours là-bas. Derrière les images terribles montrées à la télévision, il y a des gens avec une histoire, des amis, une famille, mais qui s’en souvient? Nous avons décidé de modifier notre projet d’album pour raconter la violence de la guerre et son absurdité à travers une histoire incarnée.»

«Un ami très cher de ma famille, Faki Edeer, est poète. Il habite ici à Gand et tient une pizzeria. Peu de gens connaissent aussi bien que lui la culture populaire turque. Il est aussi musicien: pour chaque poème, il a une mélodie en tête! C’est lui qui nous a parlé de l’histoire de Macar, ce jeune homme parti à la guerre de Canakkale pour ne pas revenir. Il a pris son instrument et a joué le thème de Macar.»

A 26 ans, Melike Tarhan a toujours chanté. Dans l’enfance, elle baigne dans la musique classique et traditionnelle turque que ses parents écoutent. Elle part étudier à Berlin, où elle suit les cours de chant expérimentaux de Claudia Herr et, de retour à Gand, étudie les techniques de chant indien. Depuis plusieurs années maintenant, Melike Tarhan suit une formation de chant classique au conservatoire de Gand, avec Annemise Moens.

«J’ai entendu la musique traditionnelle turque depuis l’enfance. Ma mère écoutait sans cesse les concerts de musique classique sur TRT, la chaîne nationale que nous recevons à la maison par satellite. Elle connaît toujours ces musiques par coeur. Au centre culturel turc, où j’allais chanter depuis toute petite, on jouait de la musique folklorique, en particulier celle de la région d’Emirdag. A Berlin, j’ai rencontré des gens de toutes les régions de Turquie et découvert la diversité du répertoire traditionnel, en particulier de la musique Alevi. C’est comme si je découvrais un nouveau continent musical dont je ne soupçonnais pas l’existence», explique la chanteuse.

La voix de Melike Tarhan conduit tout en subtilité émotive l’auditeur à travers un conte. Dans une langue simple et poétique, l’histoire se décline en couches musicales aux nuances élaborées grâce à la richesse des arrangements d’Osama Abdulrasol et au travail tout en finesse des musiciens. Les influences et les genres se mêlent dans une harmonie étonnante.

«L’émotion est un élément important de la culture turque. La langue elle-même exprime les choses d’une manière poétique et lyrique. Pourquoi un poème de Yeats? J’ai étudié les langues germaniques et j’aime beaucoup la musique folk irlandaise, qui m’a toujours touchée peut-être à cause des émotions primitives et fondamentales qu’elle évoque et qui traversent également la musique traditionnelle turque. Ma musique est un mélange parce que je suis un mélange. J’ai toujours été dans cet entre-deux. Parfois, il m’arrive d’être jalouse des gens qui sont à 100pc quelque chose parce qu’ils ont, à l’intérieur d’eux-mêmes, cette assurance que confère une identité claire. Je ne suis jamais en paix avec moi-même. Cette tension est aussi la source de richesse qui m’a permis de faire cette musique qui ne ressemble à rien d’autre et dans laquelle je me reconnais parfaitement.»

De la langue, Melike Tarhan, qui est germaniste et professeur de néerlandais par ailleurs, pourrait parler sans fin. Pour la petite fille d’épiciers turcs dont les parents sont arrivés à Gand pour travailler dans l’industrie textile, le «turc cassé» – comme elle l’appelle – qu’elle parle à la maison restera un talon d’Achille dont elle souffre encore aujourd’hui.

«Ma langue turque est loin d’être parfaite. J’avais peur, à la sortie du disque, que les Turcs disent: elle chante comme «les Turcs de Belgique». Je craignais de chanter comme je parle car le dialecte d’Emirdag a quelque chose de plus rugueux que le turc classique. A l’adolescence, j’ai vécu en permanence cette insécurité que procure le sentiment de ne pouvoir s’exprimer parfaitement dans une langue. La langue de l’émigrant est une sorte de «turc cassé» par l’exil et les mélanges avec le néerlandais. Je ne pense pas que ce soit un hasard si je suis devenue germaniste: je voulais maîtriser cet outil parfaitement pour gagner en assurance dans les autres domaines de la vie et maintenant, j’enseigne le néerlandais à des adultes étrangers.»

A l’adolescence, Melike Tarhan découvre la belgitude dans une petite école catholique où elle avait demandé à être inscrite, persuadée qu’elle n’apprendrait pas grand-chose dans l’école, à majorité turque, où elle allait.

«Mon frère m’a dit: «Si tu veux aller à l’université, tu dois changer d’école!» Alors, pour mes trois dernières années d’humanité, je me suis inscrite dans une petite école catholique qui n’était pas élitiste mais dont la discipline m’a beaucoup aidée. J’ai été très bien acceptée car j’étais la seule Turque de l’école. J’avais un côté exotique pour les filles de ma classe et elles avaient un côté très nouveau pour moi aussi. J’ai découvert un autre visage de la Belgique. C’était, pour moi, ma première vraie rencontre avec des Belges et j’ai commencé à mieux les comprendre et surtout à pouvoir les apprécier.»

«Petite, je m’imaginais que les Belges avaient des bons points parce qu’eux, ils avaient un bureau dans leur chambre et que moi pas, ce genre de bêtises… En fréquentant cette école, j’ai dû apprendre à m’adapter parce que j’étais en minorité et mon néerlandais s’est très vite amélioré. Par ailleurs, j’étais beaucoup plus libre car mes parents avaient une grande confiance dans l’école. Si des filles belges faisaient telle activité, je devais pouvoir faire la même chose, moi aussi», se souvient la chanteuse. «Je pense que les choses changent pour la troisième génération: les gens sont beaucoup plus intégrés qu’avant: ils pensent à l’avenir de leurs enfants au lieu de penser simplement à survivre. Nombre de familles ont créé leur propre emploi en ouvrant des commerces. Mon inquiétude va plus à une certaine catégorie d’adolescents qui vont dans la mauvaise direction. Je pense qu’ils sont vraiment perdus. Ce qui me surprend le plus peut-être, c’est la facilité que les hommes et les femmes ont à se mélanger désormais. Ce n’était pas le cas il y a quelques années.»

De retour de Berlin, la jeune femme apprécie d’autant plus la ville de Gand. Elle vient d’y acheter une maison, dans le quartier de son enfance, une rue populaire où se croisent de nombreuses nationalités et où ses parents tiennent une épicerie.

«J’adore Gand. C’est une ville au patrimoine exceptionnel et qui est restée petite et conviviale. J’aime me promener le soir quand tous les bâtiments anciens sont éclairés. Les gens sont modestes et gentils, ici. J’apprécie cette atmosphère calme. Et puis, surtout, il y a une richesse musicale à Gand qui est très importante; il y a beaucoup de très bons musiciens, ici.»

Quand on parle de la montée de l’extrême droite en Flandre, Melike Tarhan répond avec ce réflexe étonnant d’une personne encore étrangère en son pays:«Nous pourrions toujours repartir en Turquie, si le pire arrivait…» commence-t-elle par dire.

«La montée du Vlaams Belang est un problème. L’ex-Vlaams Blok est devenu dans les médias flamands un parti respectable: on montre De Winter et sa petite famille à la télévision. Ils ne font plus peur aux gens, ils leur ressemblent tellement… Bien sûr j’ai peur et je n’aime pas cette situation. Pourtant, je n’ai jamais connu de racisme, si ce n’est pour la première fois cet été, à la côte. Je rentrais de Turquie et ma peau était devenue très brune. Je faisais la file pour aller aux toilettes. Il y avait une dame qui s’occupait des latrines. Chaque personne entrait puis payait à la sortie. Quand mon tour est arrivé, elle m’a demandé 40 centimes avant même que je ne sois entrée. C’est un tout petit détail mais ça m’a fait du mal. Je me suis demandé pourquoi. C’est la première fois qu’une chose pareille m’arrivait en 26 ans! Et je me suis dit: est-ce que ça risque d’être comme cela avec le Vlaams Blok?»

Melike, «Macar», Long Distance.

Melike Tarhan et son groupe «Melike» seront en concert le 28 novembre 2004 à De Centrale, Kraankindersstraat 2, 9000 Gent pour présenter leur album.

Infos: tél: 09/2659828;;

© La Libre Belgique 2004


by Daniel Brown

Some, like baseball star Carlos Delgado, the Toronto Blue Jays slugger, mark their disapproval of the US occupation of Iraq by refusing to stand up for the playing of « God Bless America » at the start of games. Others, like Michael Moore, splash their outrage all over book pages and silver screens, and get Cannes’ Golden Palm for their efforts.
Still others, like Turkish vocalist Melike Tarhan, plunge into their past to seek historic parallels to the US-led invasion. The gifted musician, finds parallels between the American-led attack of Iraq and the Canakkale war fought out in the Gallipoli Peninsula that left over 500,000 people dead in 1915. This ignominious and bloody conflict between the tottering Ottoman and British empires is yet another example, says young Melike, of « mankind wanting to rule over life and death by power ‘gained’ by means of wars ». Not surprisingly, the new star of Turkish traditional music dedicates this first international album to the child victims of the US invasion.
In this concept album, Melike’s delicate and sweetly perched voice brings alive some of the ancient troubadour traditions of Anatolia. This short album is a tapestry that describes a circular cycle of life, love and death. It opens with a young boy, Macar, leaving his village of Suvermez to fight for his country. Macar disappears in the conflict leaving his mother wondering if he is alive or dead. The album delves into her anguish and the memories of a boy who, at fifteen, is « a flower in bloom », but has « grown up too soon ».
Mixing poetry by W.B.Yeats with a rich vein of traditional Turkish folk music, Melika weaves a spellbinding story of despair, hope and resilience. It is a simple tale, simply told. But the build-up – ably backed up by the qanun of Osama Abdulrasol and a plethora of talented guests – has the listener begging for more. Melika claims the record « was conceived like a novel » though, at 48 minutes, a gripping short story is perhaps a more suitable description. Be that as it may, « Macar » is yet another example of the Turkish musical renaissance that is centred on but is not exclusive to Istanbul, in the early part of this century.

August 2004